Chapitre 3 L'Ombre

=== 1995 ===

 

Une silhouette sombre profitant des ombres de la nuit semble s’approcher d'un visage endormi.


- Cloé? Cloé?


- Non! Pas encore!! 


- Pardonne-moi! 


- Partez! (Cloé à demi consciente)


La présence sombre n'insiste pas et dans un sifflement quitte la chambre tel un spectre.


La jeune femme de 26 ans se réveille en sursaut, angoissée, terrorisée, encore des cauchemars, même après 10 ans, son accident (agression) la hante encore comme si jamais cela ne la quitterait. Assise dans son lit, elle s’encourage seule avec à voix haute pour surmonter sa peur, ne pas sombrer dans l'hyperventilation.


- Respire Cloé Respire Cloé (Cloé inspire par le nez et expire par la bouche)


Cela la clame, elle gère. Elle se lève va prendre un verre d'eau dans sa salle de bain vérifie au passage si toutes les portes et fenêtres sont bien fermées à double tour. Elle est rassurée même si elle sent toujours en elle cette présence qui ne la quitte jamais, un fantôme, une trace, une empreinte de son agresseur « féminin » qui jadis a marqué sa vie d'une façon accidentelle et brusque avec des conséquences inattendues : fini les fugues / arrêt de la drogue / reprise des études.


Elle le sait que c'est une femme, elle l'avait invitée dans cette triste ruelle, elle la voulait pour elle. Jamais elle aurait invité un garçon, c'était pas ses goûts. Les policiers de l'époque n'ont jamais pris cette hypothèse en compte. Son témoignage n'a jamais dérogé, malgré les pressions des policiers qui ne pouvaient concevoir une éventualité de ce genre. En fait ils avaient même éclipsé cette partie dans le rapport de police. Pas étonnant que l'affaire n’ait jamais été résolue.


Se regardant dans le miroir, elle se pose toujours la même question : accident ou homicide? Toujours le doute malgré les spéculations médiatiques et policières elle restait avec cette incertitude.  Cloé avait du mal à se considérer comme une victime, mais se sentait plutôt comme une survivante.


Un bruit venant de sa chambre interrompt son introspection nocturne... Elle sort de la pièce et se dirige vers ce bruit.

Le noir et le violet