Chapitre 2 Blackout

Every day is heaven

Moves further and further away

Familiar blue eyes I once knew

turn a colder shade of prey

Every day is heaven

Moves further and further away

Familiar words we used to share

Seem so difficult to say

And I am alone

In a world of cold flesh, cold steel, cold stone

I close up like a clam

And shut the world out with the slam of a door

To shut out all the fighting, all the hatred, all the war

You just cannot stay calm

When your soul screams less

But someone always wants move

What for ?

Every day as heaven

Moves further and further away

Familiar blue eyes I once knew

turn a colder shade of prey

Every day

Heaven moves further and further away

=== 1985===

 

Sur sa gorge je continue de l’embrasser, un frisson glacé s’empare de moi! Je passe mes mains sous ses vêtements du haut, je farfouille, palpe et trouve ses seins. Je me lasse pas de les caresser.


Ma respiration se saccade.


Une chaleur intense émane d’elle, l’euphorie, de ses mains elle tente quelque chose … de repousser ou de m’agripper nul ne sait.


Explosion, sensation d’extase chez elle le « peak » de la drogue fait son effet ! En plus de mes caresses avec mes mains baladeuses. Il n’y a pas un endroit que je ne veux pas explorer.


Puissance infinie!!! Chez moi le bout de mon doigt le bout de ma langue suffit à la faire gémir. Je l’embrasse de plus belle dans le cou, j’aspire tout ce que je peux : son odeur, ses sons, son intimité.


J’aimerais allez jusqu’au bout pour une fois me révéler toute entière … mais je peux pas,  je veux pas lui faire ça… pas ici… c’est trop glauque… je suis tiraillée entre mon désir et la mort.


Les minutes passent j’ai perdu connaissance, le contrôle, je me réveille en sursaut à côté d’elle, inanimée peut-être pour toujours. Je quitte la ruelle encore plus noire que précédemment et moi plus triste que jamais de devoir vivre avec une autre mort sur la conscience… Qu’est que j’ai fait ? Rien justement je ne vais jamais jusqu’au bout. Pourquoi toujours vivre mon désir de façon artificielle avec des artifices? Pour ne pas voir la réalité en face de ce que je suis, de ce que je n’aime pas … ce désir si mal exprimé. Je ne peux y échapper… Misérable voilà comment je me sens sur un banc de parc le lendemain.


Je regarde le titre d’un journal local : « Victime presque exsangue sauvée in extrémiste d’une overdose : La police ouvre une enquête»

Le noir et le violet